QUESTION ORALE DE PATRICE LECLERC
A LA SEANCE DU CONSEIL GENERAL DU 8 JUIN 2001

Monsieur le Président,
Monsieur le Préfet,
Monsieur le Procureur,
Chers Collègues,

Comme mes collègues conseillers généraux communistes, je veux aussi exprimer ma satisfaction qu’une telle séance se tienne. Je suis favorable au fait que le Conseil général fasse plus que ses attributions "normales" notamment en matière de sécurité, bien évidemment cela doit se faire sur un fond où il exerce bien ses missions en matière d'aide sociale à l'enfance et aux familles, de protection de la jeunesse. Je crois que nous pouvons encore progresser en ces domaines.

J'interviens sur trois points rapidement.

Le premier concerne l'Etat. J'ai écrit il y a quelques semaine à Monsieur le Procureur de la République pour m'informer des moyens mis en oeuvre pour faire respecter la loi de 1986 contre le blanchiment de l’argent de la drogue.
En effet, à Gennevilliers, il y a malheureusement une spécificité de la délinquance. Celle-ci est extrêmement liée au trafic de drogue, avec de lourdes conséquences mafieuses. C’est pourquoi, je propose un dispositif expérimental, sur cette question, à l’échelle de Gennevilliers ou de la Boucle Nord des Hauts-de-Seine en terme de moyens supplémentaires d'investigation sur le blanchiment de l'argent de la drogue coordonnant sur ce territoire les douanes, le fisc, le trésors public, la Police, les banques et différents services publics d'Etat ou territoriaux. Les dealers de notre ville doivent être inquiétés par la brigade des stupéfiants pour leur trafic, mais aussi dans leur train de vie, leurs ressources. Des moyens humains supplémentaires doivent être affectés à ces missions.

Mon second point concerne les nombreuses activités que dirigent et animent des fonctionnaires de police, en direction de jeunes de 10 à 20 ans, en dehors du temps scolaire, dans le cadre du centre loisirs jeunes du Parc des Chanteraines.
Le rôle particulier de ces policiers, axé sur la proximité et la citoyenneté, qui ont accueilli plus de 13000 jeunes au cours de l’année 2000, est très important.
Une opération portes ouvertes est organisée le 16 juin prochain en journée.
Les activités de ce centre loisirs jeunes se développent dans un cadre de qualité et c’est pourquoi, je ne comprends pas pourquoi le Conseil général baisse ses subventions d'année en année. je vous demande donc, Monsieur le Président, un engagement plus important du Conseil Général qui participe au financement de ces actions, à l’occasion de sa politique de prévention.

Pour finir, je voudrais insister moi aussi sur les moyens donnés aux Associations de prévention. En effet, alors que celles-ci sont amenées à étendre leur champ d’activité, la dotation de fonctionnement accordée par le Département ne suffit plus pour répondre aux besoins.
Des éducateurs spécialisés supplémentaires sont nécessaires pour agir dans des quartiers sensibles où existent de nombreuses difficultés.
A Gennevilliers, l’Association de Prévention du quartier des Grésillons à demander, à plusieurs reprises, des moyens supplémentaires pour la création d’un poste d’éducateur attaché au quartier Chandon Brenu.
N’est-ce pas là, Monsieur le Président, en répondant positivement à cette demande, de montrer l’action efficace, en matière de prévention, du Conseil Général ?