Patrice LECLERC
Conseiller Général de Gennevilliers

QUESTION ORALE SUR L’EMPLOI

Avec une période marquée par une amélioration de la situation économique, des résultats ont été obtenus depuis 1997 sous l’impulsion du gouvernement de la gauche plurielle, qui ont conduit à une diminution du nombre de chômeurs.

En même temps, nous avons toujours pensé que cette reprise était fragile et qu’une forte relance de la consommation intérieure était nécessaire, ce qui suppose une revalorisation des salaires, des minima sociaux, des pensions et retraites.

Cela ce confirme aujourd’hui, où le contexte économique international est marqué par un retournement de conjoncture. Le chômage progresse à nouveau.

Depuis plusieurs mois, on assiste à une véritable déferlante des licenciements.

Les Hauts-de-Seine ne sont pas épargnés. La CGT a, pour sa part, recensé 41 sites dans le département dans lesquels plus de 4000 suppressions d’emplois sont envisagées.

Avec mes collègues du groupe communiste, nous sommes solidaires de toutes les luttes et mobilisations contre ces licenciements, nous sommes prêts à travailler avec toutes et tous ceux qui veulent avancer sur des alternatives.

Nous sommes intervenus lors d’une réunion du CODEF dans le département, pour obtenir des décisions concrètes prometteuses, comme le contrôle de l’utilisation des fonds publics par les entreprises bénéficiaires et la mobilisation de tous les acteurs pour une gestion prévisionnelle, par bassin d’emploi, des évolutions de l’emploi et des besoins de formation.

Nous pensons que le Conseil Général ne peut être spectateur. Il a une responsabilité dans la défense et le développement du potentiel économique du département. Nous formulons à cet égard plusieurs propositions :

- Il pourrait jouer un rôle précurseur, moteur pour contrôler l’utilisation des fonds publics alloués à l’emploi dans notre département, visant à orienter l’utilisation de l’argent vers l’emploi et la formation. Ainsi, le Département pourrait participer plus activement comme collectivité au sein du CODEF dans les deux domaines précédemment cités : contrôle de l’utilisation des fonds publics versés aux entreprises du département et gestion prévisionnelle des évolutions de l’emploi et des besoins de formation. Une prochaine réunion du CODEF, qui se tiendra le 18 décembre, approfondira ces décisions. Elle pourrait également déboucher sur l’organisation de tables rondes avec les directions d’entreprises, les syndicats, les Comités d’Entreprise, les élus locaux, avec comme objectif de dégager des solutions de développement et le maintien de l’emploi et des sites. Nous souhaitons que les représentants du Conseil Général, qui ont des rapports étroits avec le patronat départemental, jouent, lors de cette réunion du CODEF, un rôle dynamique.